A travers un texte qu'elle adresse à sa mère, une survivante de l'inceste interroge son parcours de femme et son cheminement vers une intégrité retrouvée. Sa parole entre en résonance avec les lieux et les gestes de sa vie quotidienne.

Through a letter to her mother, an incest survivor wonders about her journey as a woman and reminisces on her path towards recovering her integrity. Her words resonate with the spaces and gestures of everyday life.


A l' origine



Que reste-t-il aux êtres « survivants » des violences physiques et morales subies dans l'enfance ? Que reste-t il après les actes, sinon la parole, les mots et l'art pour tout expression de soi ?
J'ai souhaité donner cet espace-temps à cette parole là, au travers des mots d'Hélénablue qu'elle a un jour adressé à sa mère après une amnésie de plus de 30 ans sur un traumatisme d' enfance.
Faire un film aussi pour rendre une sorte de justice quand celle des hommes n'en n'est pas capable, mais surtout transmettre et donner à entendre ce qui est "tû".

Ma rencontre avec Helenablue a eut lieu en 2008, à travers son blog puis dans la vie réelle au bout d'un an d'échanges. Il se dégageait de son journal une aura particulièrement sensible au monde, engageante tout en étant intime, et une capacité à se dire, à s'écrire comme j'ai rarement trouvé sur la toile. 
"Arriver à inspirer les autres c'est leur dire toi aussi tu peux le faire, moi je le fais, lui le fais, toi aussi tu peux le faire", m' a dit un jour Héléna.
 
Il est parfois difficile de recevoir certaine vérité, et certaines paroles. Comment les dire, comment les montrer ? ... Il n' y a pas d'indicible, il n' y a que de l' humanité. Nommer l'indicible c'est rendre compte de la part d'ombre inhérente à tout être. 
 
"Le courage c'est de chercher la vérité et de la dire" 

Laure Kalangel 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire